A quoi sert une assurance habitation ?

En partenariat avec

Ce contenu vous est proposé en partenariat avec Macif. Il a été imaginé et créé par l'équipe Homelisty Studio dans le respect de notre ligne éditoriale

Macif

Certains liens sont affiliés, nous pouvons toucher une commission. Le prix reste le même pour vous. En savoir plus.

Que l’on soit locataire ou propriétaire, l’assurance habitation fait partie de ces assurances indispensables dans la vie quotidienne. Vous pouvez ainsi être indemnisé en cas de sinistre dans votre logement. Si vous vous demandez à quoi sert exactement une assurance habitation, vous êtes au bon endroit !

Qu’est-ce qu’une assurance habitation ?

Comme son nom l’indique, l’assurance habitation est une assurance qui concerne le logement de particuliers. Aussi appelée assurance maison ou assurance multirisques habitation (MRH), elle couvre le lieu d’habitation mais aussi le mobilier et ses occupants.

Certaines garanties annexes peuvent être ajoutées lors de la souscription au contrat : inondations dues aux crues d’eau, protection de bijoux précieux ou objets d’art, garantie à neuf de votre électroménager… À vous d’en discuter avec votre conseiller avant de signer le contrat, pour être sûr.e d’avoir une couverture la plus complète possible de votre habitation.

Que couvre l’assurance habitation ?

En cas de sinistre ou de vol, une assurance habitation vous permet de couvrir les éventuels frais liés à des réparations ou au remplacement de biens mobiliers qui seraient endommagés ou perdus.

Le contrat multirisques habitation couvre la plupart des dommages qui pourraient affecter les biens de l’assuré. Ainsi, une assurance maison peut vous aider à faire face aux aléas suivants : 

  • les incendies, notamment les dommages créés par un feu ou une explosion ;
  • les dégâts des eaux, avec la couverture des dégâts occasionnés par l’eau à vos biens immobiliers et mobiliers suite à des infiltrations, une fuite ou le débordement d’appareils comme votre lave-linge ou votre lave-vaisselle ;
  • la couverture des vols et effractions dans votre logement ;
  • les catastrophes naturelles à condition qu’il y ait eu la parution d’un arrêté de catastrophes naturelles concernant votre commune. Sont pris en charge les dommages occasionnés par une tempête, par la neige, la grêle ou bien encore des inondations ;
  • les actes terroristes ;
  • les catastrophes technologiques en cas d’un accident non-nucléaire, survenant dans une installation classée type site Seveso.

Les biens immobiliers garantis par l’assurance multirisques habitation

Lorsque l’on souscrit à une assurance multirisques habitation, une grande majorité de l’habitation et de ses dépendances sont couvertes en cas de sinistre.

  • Les locaux à usage d’habitation : maison ou appartement ;
  • les clôtures et les murs de soutènement ;
  • la quote-part des parties communes si vous êtes copropriétaires ;
  • les dépendances construites en dur ;
  • les garages ;
  • les caves ;
  • les vérandas (si elles ont été déclarées au moment de la souscription).

Les biens immobiliers qui ne sont pas couverts par l’assurance multirisques habitation

Comme dans de nombreuses assurances, certaines biens ne sont pas couverts en cas de sinistres : 

  • les bâtiments en cours de construction ;
  • les plantations et végétaux ;
  • les éclairages ;
  • les installations de loisirs (piscines, jeux pour enfants…) ;
  • les canalisations extérieures ;
  • les abris de jardin.

Est-il obligatoire d’avoir une assurance habitation ?

L’assurance habitation est obligatoire pour les locataires. L’article 7 de la loi n°89-462 du 6 juillet 1989 indique en effet que la souscription à une assurance maison est obligatoire sous peine d’un risque d’expulsion du logement. Le locataire doit être assuré pour les risques locatifs afin de couvrir les dommages causés par un incendie, un dégât des eaux ou bien encore une explosion.

Chaque année, le locataire doit fournir au propriétaire du logement une attestation d’assurance. Si ce n’est pas le cas, le propriétaire bailleur peut mettre en demeure le locataire. Si au bout d’un mois après la mise en demeure, le locataire n’a toujours pas fourni d’attestation, le propriétaire peut contracter une assurance habitation et lui faire payer les cotisations en plus du loyer.

Sachez que si vous êtes locataire d’un logement meublé, vous avez également l’obligation de souscrire une assurance habitation si votre logement est votre résidence principale, à savoir que vous y habitez plus de 8 mois par an.

Vous êtes propriétaire ? L’assurance habitation n’est pas obligatoire mais elle est fortement recommandée. En effet, assurer votre logement contre les risques et les accidents permet de sauvegarder votre bien et de ne pas avoir à investir dans de lourds travaux en cas d’incendie ou d’inondation, par exemple.

La responsabilité civile, autre atout de l’assurance habitation

Tous les contrats d’assurance habitation couvrant l’habitation principale assurent les personnes pour leur responsabilité civile dans la vie privée. Cette assurance couvre aussi bien les préjudices matériels et corporels.

Cette garantie indemnise vos voisins ou les tiers victimes de dommages dont vous seriez responsables comme un incendie, un dégât des eaux, un accident… Dans le cas de la responsabilité civile “vie privée”, ce sont les membres du foyer ainsi que les titulaires du contrat qui sont protégés.

Certaines assurances proposent des garanties supplémentaires comme une assurance scolaire, un soutien psychologique, une assistance juridique… 

Comment être indemnisé par son assurance habitation ?

Vol, incendie, dégât des eaux… Pour pouvoir être indemnisé par son assurance, il est important de suivre certaines procédures.

Tout d’abord, il est primordial de respecter les délais de déclaration : 

  • 2 jours ouvrés après la constatation d’un vol, d’un cambriolage ou d’un acte de vandalisme ;
  • 5 jours ouvrés après la constatation d’un autre sinistre (dégât des eaux, incendie…) ;
  • 10 jours ouvrés après une catastrophe naturelle, à compter de la date de publication au Journal Officiel de l’arrêté ministériel reconnaissant la catastrophe.

La déclaration d’un sinistre auprès de votre assureur doit se faire par lettre recommandée avec accusé de réception. Le cachet de La Poste fait foi. Cette déclaration de sinistre doit inclure des documents permettant d’accélérer et de faciliter l’indemnisation. 

Vous pouvez inclure les documents suivants : 

  • des photographies du sinistre ;
  • une copie du dépôt de plainte en cas de vol ou de cambriolage ;
  • des factures d’achat des biens mobiliers endommagés ou perdus ;
  • des témoignages de voisins.

Sachez que les dommages matériels causés aux biens assurés sont évalués sur la base de la valeur des biens déclarés avant le sinistre. Les compagnies d’assurance font la distinction entre deux types de valeurs du bien : 

  • La valeur d’usage : elle prend en compte l’usure normale des biens en appliquant ce que l’on appelle un taux d’usure. 
  • La valeur à neuf : elle permet une indemnisation au prix d’achat, même plusieurs années après l’acquisition du bien mobilier. Dans ces cas-là, une facture d’achat est demandée comme preuve.
Macif""

Ce contenu vous est proposé en partenariat avec Macif. Il a été imaginé et créé par l'équipe Homelisty Studio dans le respect de notre ligne éditoriale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.