in

10 Conseils Réalistes & Vécus d’Un Jardinier Urbain pour Démarrer votre Premier Potager

Mieux vaut un petit potager bien productif qu’un grand potager mal conçu

J’encourage tout le monde à créer un potager.

J’ai découvert le jardinage urbain il y a deux ans quand j’ai emménagé dans un nouvel appartement avec terrasse, et depuis je suis un mordu.

N’ayez pas peur de vous lancer, vous connaîtrez des échecs c’est sûr, mais surtout beaucoup de joies et de réussites.


Homelisty Présente
“SOLDES

Le confinement amène beaucoup d’entre nous à s’essayer au jardinage, sur un coin de fenêtre, un bout de balcon, ou encore une terrasse et c’est tant mieux car les bénéfices d’une production maison sont nombreux. Économie d’argent, produits frais à portée de main et cultivés bio (évidemment), sans oublier les bénéfices sur le corps et le mental d’être à l’air libre. 

Mais soyons honnêtes : beaucoup de magazines présentent de manière trompeuse des  fruits et des légumes poussant comme par enchantement sur un petit balcon. C’est possible, certes, mais en respectant quelques règles de base.

1 – Privilégier une bonne exposition

Une bonne exposition = une bonne croissance pour vos plantes.

Privilégiez un emplacement garantissant au moins 6h de lumière par jour. Si votre espace de culture est exposé sud ou ouest c’est top pour les tomates, très appréciées des jardiniers.

Si votre espace est en revanche partiellement à l’ombre, pas de problème, mais choisissez des légumes adaptés comme les épinards, l’oseille, la poirée, la roquette, la laitue, la mâche…

Je vous rassure, ça prend parfois un peu de temps de comprendre quel est le meilleur emplacement pour chacune des plantations. Observez ce qui fonctionne pour votre potager.

2 – Choisir les contenants 

Pensez récup’ : des caisses en bois pour le vin, des palettes, des cagettes en bois… Utilisez votre imagination, et faites avec ce que vous avez sous la main ! Je pense aux cagettes en plastique, mais aussi aux bacs en polystyrène que les poissonniers utilisent sur leurs étals. Vous pouvez même envisager de placer des roulettes sous vos contenants afin de les déplacer plus facilement.

J’adore cette idée : des caisses de vin transformées en jardinière par Karin, aka theurbangardeness. Son compte Instagram prouve que même sur un espace restreint, en l’occurrence 3m2, on peut faire pousser des tas de choses.

Les pots Root Pouch ou équivalents laissent respirer le substrat et les racines -
Les pots Root Pouch ou équivalents laissent respirer le substrat et les racines – Roquette Man

Sur ma terrasse, j’utilise et je recommande les pots de chez Root Pouch (également disponible sur Amazon) ou Airpot. Ces contenants sont légers et laissent le substrat et les racines respirer.

Si vous utilisez des objets de récup’, pensez à faire des trous dans vos pots, afin que l’eau en excès s’échappe, sinon les racines moisiront.

Plantations en pots en plastique, pots type "Root Pouch", carré potager DIY et directement dans des sacs de terreau
Plantations en pots en plastique, pots type « Root Pouch », carré potager DIY et directement dans des sacs de terreau – Roquette Man

3 – Commencer avec des variétés faciles & rapides

Radis, salades, roquette, épinards poussent très vite et se récoltent en 4 semaines environ. Mais l’idée c’est quand même de se faire plaisir, donc faites pousser ce que vous voulez manger avant tout !

Les épinards poussent très bien en pots, ici un sac géotextile
Les épinards poussent très bien en pots, ici un sac géotextile – Roquette Man

Peu importe si votre essai se solde par un échec, l’important c’est de se lancer. Vous adapterez les semis et les plantations en fonction de ce qui marche pour vous, et ce qui vous tente.

Si vous cherchez de l’inspiration, demandez à la ferme de Sainte Marthe de vous envoyer leur catalogue de semences. Il est également plein de conseils. Le recevoir dans ma boîte aux lettres est toujours un grand moment d’excitation (et d’inspiration)!

4 – Adapter l’arrosage 

Quand on cultive en hors sol (dans des bacs, des pots, des jardinières…), la terre s’assèche rapidement, surtout si l’on utilise des pots car ils emmagasinent la chaleur.

Il faut bien arroser mais sans non plus détremper le terreau. Il est toujours conseillé d’attendre que le substrat sèche avant d’arroser à nouveau. La technique infaillible (en tout cas pour moi) est d’enfoncer l’index sur quelques centimètres dans la terre, s’il en ressort humide, pas besoin d’arroser.

5 – Pailler ! 

Pour conserver l’humidité de la terre, il est fortement recommandé de pailler, c’est à dire d’ajouter une couche de paillis sur nos pots, en protection : fibre de coco, écorce de pin, résidus de tontes…

J’utilise personnellement de la luzerne, aussi appelée alfafa. Il s’agit d’une légumineuse qui enrichit et restructure le sol, en apportant une bonne quantité d’azote, élément vital pour la croissance des végétaux.

L’autre avantage c’est que les mauvaises herbes auront plus de mal à apparaître. Pratique quand on ne veut pas passer son temps à désherber. J’ai utilisé dans le passé du paillis de chanvre mais étant très léger il s’envolait au moindre coup de vent.

La luzerne (ou alfalfa) est utilisée comme paillis
La luzerne (ou alfalfa) est utilisée comme paillis – Roquette Man

6 – Maximiser l’espace

Sur un petit balcon, la verticalité est à privilégier : fixez un treillis contre un des murs pour y faire grimper des haricots ou des concombres… Ou encore accrochez des accessoires comme ces poches en tissus aux rambardes de votre balcon balcon pour y faire pousser des aromatiques.

Le fabricant Bacsac propose aussi ces brettelles de balcon, ce sont des sangles qui transforment les caisses en bois en jardinière suspendue.

Pour les plus bricoleurs, vous pouvez aussi fabriquer vous même : le DIY a toute sa place au balcon. Cette année, je plante mes haricots dans des Air Pot, j’y place un baton de bois qui amènera les haricots à ma rambarde d’escalier afin qu’ils y grimpent.

Des haricots poussent dans un Air Pot, protégés par une couche de paillis
Des haricots poussent dans un Air Pot, protégés par une couche de paillis – Roquette Man

7 – Démarrer petit 

Mieux vaut un petit potager bien productif qu’un grand potager mal conçu.

C’est tentant de faire pousser beaucoup de variétés, mais le jardinage doit rester un plaisir, et non une corvée.

Je me rappelle du premier été passé dans mon potager, je n’y connaissais pas grand chose et j’avais acheté beaucoup trop de plants, sans me renseigner à l’avance. Je me suis retrouvé avec des courgettes qui s’étalaient sur le sol de la terrasse. Et oui, les courgettes sont des variétés dites “coureuses”, elles ont besoin de beaucoup d’espace.

Démarrez petit et surtout, prenez le temps d’observer. Le jardinage apprend également la patience !

8 – Récolter souvent

Pour certains légumes, plus on récolte, plus la production est importante.

C’est le cas des concombres, des haricots, des courgettes et des pois. Cette année je décide de me forcer à cueillir souvent, je suis trop souvent tenté de garder les légumes sur le plant le plus longtemps possible, à les admirer. Mais c’est parfois contre-productif.

9 – Prendre des notes 

Elles vous serviront à consigner vos réussites, mais aussi vos erreurs, et seront précieuses pour vos expériences futures et feront de vous un meilleur jardinier.

J’adore celui que propose Thegreenconspiracy.com (en anglais uniquement). Il est également possible d’acheter des carnets de jardinage sur Amazon.fr, mais n’importe quel bloc note fera l’affaire pour démarrer.

10 – Planter des fleurs

Elles sont belles sur le balcon et attirent aussi les insectes pollinisateurs. Je pense aux cosmos, capucines, oeillets d’Inde, d’autant que certaines fleurs sont dites “compagnes” et protègent les plantations.

Par exemple, l’oeillet d’Inde agit comme un répulsif naturel contre le puceron, c’est pourquoi on conseille très souvent d’en planter au pied des tomates. Dans mon potager elles se ressèment toutes seules d’années en années !

Un plant d'oeillet d'Inde qui protège mes plants de tomate du potager
Un plant d’oeillet d’Inde qui protège mes plants de tomate du potager – Roquette Man

Démarrer votre potager

Si vous voulez approfondir le sujet, on a dédié notre premier podcast au jardinage urbain. J’y partage d’autres conseils pour vous lancer, même si vous pensez ne pas avoir assez de place (ou la main verte) ! Je documente aussi la vie de mon potager sur ma page Instagram, Roquette Man.

Posez-moi vos questions ! On se retrouve en commentaire ci-dessous, sur la chaîne Youtube d’Homelisty ou sur Instagram.

Thibaut

Par Thibaut

J'ai découvert le jardinage urbain en emménageant dans un appartement avec terrasse en plein centre ville. Depuis c'est devenu une vraie passion. Je partage mon expérience sur Homelisty et sur mon compte Instagram. Je peux vous parler de tomates et de purin d'ortie pendant des heures !

7 Commentaires

Un Commentaire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *